logo ENSEEIHT

Robots cherchent humains désespérément

Le 25 mai prochain aura lieu la Coupe de France de robotique où participera le club robot de l’N7. L’occasion de revenir avec Martin Husser, son président, sur cet évènement et plus largement sur la vie du club.*

 

YaDuDoss : Peux-tu nous faire un rapide historique du club et nous rappeler quelles sont ses activités principales ?

 

Martin Husser : Le club remonte à une bonne vingtaine d'années. On réalise des petits projets en groupe mêlant programmation (PIC/Arduino/Raspberry pi…), électronique, mécanique et on travaille aussi sur nos projets personnels. Et puis la grosse activité, c’est la coupe de France de robotique à laquelle le club participe tous les ans depuis maintenant dix ans.

 

YDD : Comment se déroule la compétition ?

 

MH : Tous les ans les règles changent même si le principe reste le même : on a le droit d'utiliser deux robots autonomes qui doivent réaliser diverses actions qui évoluent chaque année sur un plateau de jeu qui fait trois fois deux mètres et où deux équipes s'affrontent en même temps. Cette année, le thème est l'archéologie. Il y a des objets à ramasser et à déplacer suivant leur couleur à différents endroits, une statuette à mettre en valeur dans une vitrine ainsi que des résistances à aller mesurer. Le but est de marquer le plus de points en 100 secondes avec des robots totalement autonomes. La prochaine Coupe de France aura lieu le 25 mai, lors du week-end de l'Ascension, à La-Roche-sur-Yon.

 

YDD :  Combien y a-t-il d’équipes engagées ? Ce sont uniquement des équipes issues d’écoles d’ingénieurs ?

 

MH : Justement non. Il y a des clubs totalement indépendants, fait de passionnés. Et même si c'est réservé à des personnes qui ont moins de 30 ans en moyenne, il y a quelques équipes historiques avec des personnes qui ont 50- 60 ans, mais qui sont dans un classement annexe. Au total c’est près de 200 équipes sont présentes chaque année.

 

YDD : Pour cette année, quel est l’objectif du club en termes de classement ?

 

MH : Ça serait de faire mieux qu'en 2019 où nous sommes arrivés 70ᵉ. Depuis le COVID nous a empêchés d’y participer. On est donc la génération qui reprend la Coupe de France. Mais surtout le vrai objectif, c'est de préparer l'année prochaine et de réussir à former une équipe suffisamment compétente pour viser les meilleures places.

 

YDD : En quoi le COVID a été compliqué pour vous ?

 

MH : Il a fallu repartir de zéro même si on a de la chance car quelques anciens viennent régulièrement nous aider. On a essayé de récupérer ce qui avait été fait les années précédentes, mais il a fallu tout réapprendre. Par exemple la modélisation 3D, personne ne savait vraiment très bien comment faire. Pour la Programmation Pic pareil. Donc il y a eu beaucoup, beaucoup de travail de ce point de vue.

 

YDD : Revenons au club, compte combien d'adhérents comptez-vous aujourd'hui ? Quels sont leur profil ?

 

MH : C'est très compliqué de le dire parce qu'en fait il y a énormément d'adhérents. Mais disons que des gens qui viennent très régulièrement et qui participent beaucoup au club, sont à environ une dizaine.

Quant à leur profil, c'est malheureusement principalement des gens qui viennent de 3A et qui sont vraiment dans l'aspect électronique. Mais on aimerait bien que des étudiants de SN ou MF2E nous rejoignent parce qu'il y a énormément de choses qui pourraient les intéresser.

 

YDD : C'est un appel à tes collègues étudiants ?

 

MH : Complétement. Ça serait incroyable d’être plus nombreux.  Je sais qu'il y a quelques années, le club était plus important et plus hétérogène aussi. Par exemple, il n’y a malheureusement pas de fille dans le club actuellement.

 

YDD : Qu'est-ce que tu dirais aux étudiants pour les motiver à venir ?

 

MH : Que s’ils veulent utiliser ROS sur des Raspberry Pi, faire de l’électronique, de la mécanique et participer à de super compétitions ou il y a une excellente ambiance ils sont les bienvenus ! Ce qu'on aimerait énormément pouvoir faire c’est par exemple de la reconnaissance d'image, utiliser et analyser des images pour pouvoir repérer un robot dans l'espace.

 

YDD : En tant qu’élève-ingénieur, qu'est-ce que tu crois que le club peut t’apporter ?

 

MH : Déjà, participer à des choses concrètes, faire des vrais projets concrets où on réalise réellement quelque chose de A à Z, où on voit le résultat. On construit un objet qui va avoir une utilité. C’est aussi pouvoir appliquer ce qu'on apprend en cours dans un domaine qui nous passionne, la robotique, mais aussi de pouvoir partager quelque chose en équipe. C'est super sympa de passer plusieurs jours ensemble à faire de la robotique et surtout à discuter aussi avec d'autres équipes, de comparer les robots, les solutions techniques, tout ça.

 

YDD : Dernière question, vous vous réunissez où et quand ?

 

MH : On se réunit à peu près tous les week-ends et tous les jeudi après-midi au troisième étage de la tour radio. Tout le monde est le bienvenu. Le club est ouvert à toutes et tous, sans exclusive.

 

Pour suivre le club de robotique sur les réseaux sociaux :

 

https://www.facebook.com/7Robot

https://www.instagram.com/7robot

https://www.bde.enseeiht.fr/clubs/robot/

 

* Cette interview a été réalisée avant la coupe de France. L’équipe de l’N7 a réalisé un très beau parcours puisqu’elle s’est classée 9e et a été éliminée en 8e de finale.

Contactez l’ENSEEIHT

L’École Nationale Supérieure d'Électrotechnique, d'Électronique, d'Informatique, d'Hydraulique et des Télécommunications

2, rue Charles Camichel - BP 7122
31071 Toulouse Cedex 7, France

+33 (0)5 34 32 20 00

Contacts

Certifications

  • Logo MENESR
  • Logo UTFTMP
  • Logo INP
  • Logo INPT
  • Logo Mines télécoms
  • Logo CTI
  • Logo CDEFI
  • Logo midisup