logo ENSEEIHT

MA PETITE ENTREPRISE NE CONNAIT PAS LA CRISE

Cette année la Confédération Nationale des Junior-Entreprises a désigné N7 consulting comme l’une des trois meilleures Junior-Entreprises de France. Rencontre avec Jeanne Rentet Présidente sortante, Clément Dacquay Président actuel, et Maxence Flaba, Vice-Président sortant qui reviennent pour nous sur la genèse de cette récompense.

 

YaDuDoss : Jeanne, peux-tu nous rappeler un peu l'histoire de N7 Consulting.

 

Jeanne Rentet : N7 consulting a soufflé ses  44 bougies le 30 novembre dernier. Le but de la Junior-Entreprise c'est de faire le lien entre des entreprises et des professionnels. On répond aux besoins de professionnels en sollicitant des étudiants qui sont rémunérés pour la mission qu'ils réalisent pour les entreprises. Ça, c'est le principe de base. Et autour de ça, nous fonctionnons comme une véritable entreprise. On fait la gestion des ressources humaines, la trésorerie, on établit des stratégies. Il y a un vrai concept d'entreprise avec cette particularité d’être une association implantée dans un établissement d'enseignement supérieur.

 

YDD : Qu’est-ce qui a motivé chacun d’entre vous à s’investir dans N7 Consulting ?

 

Maxence Flaba : Je connaissais déjà le système avant d’intégrer l'école. Pour moi, l'idée, c'était vraiment d'avoir ce type responsabilité à un âge assez jeune, 20 ans, 21 ans, et de pouvoir gérer tout un portefeuille clients. On gère plus de 100 000 € de chiffre d'affaires chaque année. Ça offre beaucoup d’opportunités de faire des rencontres, de s'inspirer d’eux.

 

Clément Dacquay : Moi aussi, je connaissais le concept de Junior-Entreprise. C'est une des raisons qui m'a fait intégrer l’N7. La Junior-Entreprise permet de toucher l'aspect management qu'on ne voit pas forcément dans la formation à l'école. Et puis, en tant que nouveau président, il faut apprendre à manager une équipe, à avoir une vision globale sans s'enfermer dans un type de travail. Là, ce qui est bien, c'est que je peux toucher à tout. Et aussi on a de la chance parce qu'on rencontre beaucoup, beaucoup de monde, des gens qui sont très inspirants et donc c'est un vrai plaisir.

 

YDD : Très bien. Et toi, Jeanne, c'était quoi ta motivation à l’époque ?

 

JR : Ça commence à un peu à dater. Moi, je ne connaissais pas du tout pour le coup le concept. Quand j’ai intégré l’école, c'était la période du COVID. C'était l'une des seules associations qui a pu faire sa rentrée en présentiel par rapport aux autres asso de l'école. Je suis donc aller voir et quand on m'a décrit ce qui se passait, l'expérience que ça représentait, ça m'a tout de suite plu. Il y avait la question de la professionnalisation mais il y avait aussi l'aspect humain qui avait l'air très important. C’est ce qui m'a attiré directement.

 

YDD : Aujourd'hui, après avoir terminé ton mandat, quel bilan tires-tu ?

 

Avec les résultats qu'on a pu avoir ces dernières années, il y a eu un engouement qui a été assez incroyable. Et sur le plan professionnel, je pense que toutes les personnes qui se sont investi (manque es) dans la JE pourront réutiliser leur expérience dans leur carrière. Je pense que c'est une expérience qui marque longtemps. C'est un grand investissement quotidien, à raison de 4 h par jour minimum. Il y a un vrai engagement aux côtés d'autres personnes qui sont animées par la même passion.

 

YDD : N7 Consulting vient d’être désignée comme l’une des trois meilleures Junior-Entreprises de France, ça veut dire quoi concrètement ?

 

JR :  C’est un processus très long. Il y a plus de 200 structures en France, cela veut dire qu’il y a une vraie entreprise dans chaque établissement d'enseignement supérieur. Il y a déjà d'abord un top 30 qui est établit après un audit des 200 JE. Ensuite on a dû rendre un dossier écrit récapitulant toutes les actions qu'on a menées sur les deux, trois derniers mandats, puis le top 6 a été déterminé. Nous avons alors passé un premier oral de 3 heures à Paris devant le Jury constitué de la BNP Paribas, ALTEN, EY, ENGIE. Le top trois a alors été établi. Enfin, un second oral a servi à départager les 3 JE pour désigner la meilleure de l’année. Cette année, c’est Junior CentraleSupélec qui a gagné. Par ailleurs, on a obtenu le Prix ALTEN de la meilleure étude en ingénierie. 

 

YDD : De votre point de vue, qu’est-ce qui a permis à N7 Consulting de se hisser dans le top trois ?

 

MF : L'expérience des années passées. Le travail des années passées. Sur les dix dernières années, on n’avait eu aucun prix. On a été en finale quatre fois cette année et on en a remporté une. C’est ce qui nous a menés à figurer dans les trois meilleures JE de France. Mais peut-être qu'il manquait cette petite expérience supplémentaire. En parallèle, Junior Centrale Supélec, c'est six finales de suite. Mais je suis sûr que l'année prochaine, ça va le faire. Ce qui fait un peu notre distinction par rapport aux autres c'est cette continuelle recherche de l’excellence technique. On a, par exemple, remporté un appel d'offres européen pour le CNES. On fait beaucoup d'études à caractère très technique, c’est ce qui nous différencie.

 

JR : Cette année il y a eu un projet qui a été assez marquant pour nous, c'est qu'on est arrivé à la fin de notre stratégie triennale et donc on devait faire une nouvelle stratégie sur trois ans. On a beaucoup réfléchi à nos méthodes de fonctionnement. On a dû analyser énormément de choses pour pouvoir se projeter. Et c’est cette nouvelle stratégie que nous avons présentée et les actions qui en découlent qui nous ont donné cette place sur le podium français.

 

YDD : Une dernière question pour Clément. Un tant que président qu’est-ce que tu dirais aux nouveaux étudiants qui vont arriver à partir de septembre pour les inciter à rejoindre N7 Consulting ?

 

CD : Le but, c'est vraiment de leur montrer que c'est une expérience unique et que c'est la seule fois de leur vie qu'ils pourront vivre ça. On peut se tromper mais c'est dans l'échec qu'on retire le plus de choses. C'est là où on apprend. Au-delà de ça, N7consulting, c'est une famille, on est tous amis. C'est une expérience folle.

 

Contactez l’ENSEEIHT

L’École Nationale Supérieure d'Électrotechnique, d'Électronique, d'Informatique, d'Hydraulique et des Télécommunications

2, rue Charles Camichel - BP 7122
31071 Toulouse Cedex 7, France

+33 (0)5 34 32 20 00

Contacts

Certifications

  • Logo MENESR
  • Logo UTFTMP
  • Logo INP
  • Logo INPT
  • Logo Mines télécoms
  • Logo CTI
  • Logo CDEFI
  • Logo midisup